À propos

De retour à l’école dans le cadre du DESS arts, création et technologies de l’UdeM. J’utilise la plateforme COLLISIONS LUMINEUSES pour rendre compte de mon parcours scolaire et pour éditer certains travaux.

En guise d’introduction… Pourquoi écrire? Peut-être que la poésie ne sert à rien, au sens utilitaire du terme, mais l’écriture donner un sens à la vie et permet la rencontre. Elle me permet d’être en contact avec les gens autour de moi. C’est à travers la création et la collection d’histoires que je me “connecte” à ma communauté. Paradoxalement, l’écriture est perçue comme un acte solitaire, mais la réalité est que je m’associe à différentes personnes à travers différents projets d’écriture et que je travaille en médiation culturelle comme animatrice d’ateliers de création artistique, sous le nom de Lunettes Roses. Travail multi à fort ancrage littéraire, où l’écriture, le langage et la parole servent de matière de base à l’élaboration d’une poésie documentaire, à cheval entre réel et imaginaire et entre espaces multiples.

parcoursPar où commencer? Expliquer mon parcours permet d’expliquer le besoin créatif et l’aspect politique de ma démarche. J’ai toujours écrit. Depuis toute petite, j’écrivais déjà des histoires sur une machine à écrire manuelle. Depuis, je raconte et je collectionne des fragments de récits réels ou inventés. En 2006, un retour à l’école m’a amenée à m’intéresser au rapport entre l’oralité et l’écriture dans le rap. Christian Béthune, docteur en philosophie et auteur de plusieurs ouvrages, notamment sur le rap et le jazz, définit le rap comme un genre qui « réinvente les mots et fait subir à l’invention verbale un curieux mouvement de va-et-vient entre oralité et écriture, mettant sur pied une stratégie poétique qui bouleverse l’idée reçue d’une exclusion mutuelle de genres présupposés irréconciliables » (RAP, p. 12). Depuis je crée des ponts: entre oralité et écriture, entre rythmes et mélodies, entre les auteurs et les disciplines, entre les cultures, entre les gens…

Je travaille à faire entendre les voix et à écrire avec. À cheval entre les livres et le papier, les personnes associées à différents espaces-temps, une naïveté revendiquée et un fond de colère crache-créativité.

FAIRE ENTENDRE LES VOIX
Pourquoi et comment faire entendre les voix? Parce que les gens ont cruellement besoin d’espaces d’expression et que nous avons besoin d’être à l’écoute d’une multiplicité de voix. Toujours les mêmes cassettes, les mêmes slogans, les mêmes personnes qui ont une tribune. Quelles sont ces voix que nous n’entendons pas comme collectivité? Toutes ces voix marginalisées qui sont tenues au silence, ces voix du quotidien, ces conversation entendues par hasard, ces correspondances intimes, cette mémoire collective latente, ce patrimoine qui s’effiloche sans laisser de trace…

Je bricole des capsules audio poétiques à partir d’échantillonnages sonores et de voix. Je documente les paysages sonores qui m’entourent (à l’aide de captation sur le terrain et d’échantillonnages sur le web) et je cherche dans le grain des voix, les émotions que fait naître la poésie et les souvenirs. La voix devient matière modulable. J’apprends tranquillement à sculpter le son, mais j’ai encore cette impression de me limiter par rapport aux messages que transmettent ces voix enregistrées. Qu’au-delà du message il y a l’indicible et le non-dit et que la voix (corps parlant) communique tellement plus que les mots. Je cherche comment m’inspirer du texte pour le transcender à travers des voix qui s’entremêlent, des récits divers ambiants. Je cherche en marchant.

[…] la performance est virtuellement un acte théâtral, où sont engagés tous les éléments visuels, auditifs et tactiles qui constituent la présence d’un corps et les circonstances dans lesquelles il existe. Reprenons le poème de Miron: à un certain moment ce poème a été écrit; on pourrait donc dire: c’est de l’écriture. Mais alors intervient la voix, dans la transmission du poème et l’audition que nous en faisons. Contrairement à ce qui se passe dans la lecture, acte différé, lorsqu’un poète déclame son propre texte, nous sommes en face de lui dans une situation de dialogue, une immédiateté s’établit entre sa parole, la perception que nous en avons, et les effets psychiques qu’elle engendre en nous.
– Paul Zumthor (NOM, p.61)

ÉCRIRE AVEC
Écrire avec, c’est laisser d’autres voix traverser sa propre écriture…

Écrire avec les morts, avec les fantômes et les ancêtres (comme le fait Catherine Mavrikakis dans toute son œuvre), c’est donner à la littérature un rôle ventriloque, lui donner le langage décalé de la disparition.
– Revue Postures (appel de textes “Écrire avec”, web)

C’est accepter de s’inscrire comme ventriloque ou comme antenne, à l’instar de Mavrikakis ou de la narratrice de La salamandre turquoise :

Ti-co-ti-co. Ô lecteur, lectrice, bienvenue dans le flow de ma parole, mes inflexions festives, fictives et subversives. On m’appelle Madame, dite l’éloquente. Je suis la narratrice (mot-terne), c’est dire que je pratique, à ma manière, une douce ventriloquie (mot-derne) à la foire de papier. Je suis la MC (maître de cérémonie) donc j’annonce, j’énonce et martèle et partage ma voix avec les personnages dans ce long poème courtepointe en rap majeur. Je suis la godmother, celle qui met en scène et représente et me joue autant des apparences que de l’envers sensible et non maquillé des masques. J’habite l’espace des mots et le salon, le mien, qui servira, dans l’opus qui suit, de carré de sable, de scène ou d’arène. Une piste de cirque, de danse, une piste musicale, pour notre futur jeu de rôles littéraire.
– (Salamandre turquoise, p. 1)

Écrire avec se fait via différentes pratiques intertextuelles, mais aussi à travers le fait de prêter sa plume pour fixer la parole de l’autre et dans l’acte d’écrire ensemble en groupe. Lorsque j’utilise la parole de l’autre comme matière, les voix (imaginaires et réelles) se jumellent. Par exemple, dans le projet “correspondances et conversations”, il y a chevauchements entre dialogues écrits et entendus, fictifs et retranscrits.

Entre toutes ces “collisions lumineuses”, le choc des rencontres multipliées et la certitude que l’essentiel réside au sein de toutes ces familles adoptées, entendues et médiatisées.


PLAN DU SITE

HOME :

// ART-6017 Internet et Web (A-2016) // professeur : Marjolaine Béland
Initiation aux outils, aux méthodes et aux techniques de la production d’un site Web : structure, styles de mise en page et composantes. Intégration des médias et fonctions d’animation et d’interaction de base. transfert sur le serveur.
ART-6017 Internet et Web (A-2016)

// COM-6341 Médias, sexe et genre (A-2016)  // professeur : Julianne Pidduck
Enjeux théoriques et politiques des relations de sexe et de genre en communication. Regards sur médias, différences identitaires et pratiques de représentation et de contestation associées aux mouvements féministes québécois et transnationaux.
COM-6341 Médias, sexe et genre (A-2016) 

// PLU-6917 Arts et géographies (E-2016) // professeur : Suzanne Paquet, Pauline Guinard
Paysage, environnement, cartographie, photographie, espace public, ville, politique(s) sont des intérêts, des motifs, des objets, des territoires communs à la géographie, aux arts visuels et à l’histoire de l’art. L’École d’été Arts et géographies a pour objectif premier, tout à la fois, de réfléchir et de concrétiser les liens existants entre ces disciplines, qui ne sont que trop rarement examinés, et de créer de nouvelles passerelles, tant théoriques que méthodologiques, entre elles. Pour ce faire, nous nous intéresserons plus spécifiquement en 2016 au thème « Mobilité et mobilisations », non seulement du fait de son caractère englobant, mais aussi parce qu’il nous semble particulièrement pertinent au regard, d’une part, des déplacements de toutes sortes qui redessinent sans cesse la carte du monde et, d’autre part, des mouvements sociaux actuels (Occupy, Indignés, etc.) qui ont, de fait, souvent recours à l’art pour exprimer leurs mécontentements. Sous ce thème se croisent et se rassemblent en effet des sites et des villes, des traversées et des trajectoires, des migrants, des artistes, des artefacts, des œuvres et des images, dont il s’agira précisément de saisir les interactions, les significations et les incidences sociales, spatiales, plastiques, politiques et bien d’autres encore.
PLU-6917 Arts et géographies_accueil
PLU-6917 Arts et géographies_écriture(s) et espace(s)
PLU-6917 Arts et géographies_définitions
PLU-6917 Arts et géographies_métaphore de l’archipel
PLU-6917 Arts et géographies_cher fleuve
PLU-6917 Arts et géographies_bibliographie

// FRA-3825 Pratiques de l’édition numérique (E-2016) // professeur : Marcello Vitali-Rosati
Initiation aux modes nouveaux d’édition, de diffusion et de critique de la littérature : Internet, édition numérique, sites web ; réflexion sur Internet comme outil culturel.
FRA-3825 Éditorialisation numérique_accueil
FRA-3825 Éditorialisation numérique_miroir
FRA-3825 Éditorialisation numérique_assemblage
FRA-3825 Éditorialisation numérique_prolongement
FRA-3825 Éditorialisation numérique_croisement
FRA-3825 Éditorialisation numérique_blibliographie

// MUS-1300 Acoustique musicale (H-2016) // professeur : Vincent Verfaille
Notions de la physique du son : vibration, propagation, résonance, acoustique des salles. Initiation, dans un contexte musical, aux techniques de mesures. Principaux paramètres du son : fréquence, intensité, spectre.
MUS-1300 Acoustique musicale

// ART-6001 Recherche et créations : approches (A-2015) // professeur : Marcello Vitali-Rosati
Présentation des différents courants et des méthodologies de la recherche et de la création en arts technologiques. Réflexion portant sur le cadre théorique du projet des étudiants.
ART-6001 (co)libri – mantras récurents
ART-6001 (co)llectif – moins vite plus loin
ART-6001 (co)llage – intertextualité et échantillonnage
ART-6001 (co)lère – frustrations créatives
ART-6001 (co)lin-maillard – intuitions et pistes de réflexion
ART-6001 (co)llection – bibliographie et citations

// ART-6008 Traitement interactif : image et son (A-2015) (à venir) // professeur : Zach Settel
Initiation au traitement interactif de l’image et du son en temps réel : échantillonnage, mise en boucle, distorsion, délai, filtrage, granulation, etc. Élaboration d’interfaces de contrôle graphiques.

À PROPOS : en guise d’introduction

PRÉSENTATION : diapositives utilisées lors de différentes présentations

RECHERCHE

ARTICLES RÉCENTS : articles récents

ARCHIVES : articles anciens

CATÉGORIE : par sigle de cours

INSPIRATION-ET-CONNIVENCES : liste de liens externes


hyperliens de l’article :
Lunettes Roses/page d’accueil [blogue personnel]
Lunettes Roses/projet “correspondances et conversations” [blogue personnel]
Souncloud [compte personnel]
Chantal Bergeron, La rhétorique des passions, Le corps parlant de Dom Juan à Louise Lecavalier, UQAR 2007 [media]
Revue Postures/appel de textes “Écrire avec” [site]
Chantal Bergeron, La salamandre turquoise et réflexion théorique sur le rap ou les mots dits, UQAR 2008 [media]
Bibliographie des citations

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s