PLU-6917 Arts et géographies (E-2016)_accueil

fleuve6

 

AGIR SUR L’ESPACE À TRAVERS LA MÉTAPHORE

La métaphore planait de façon transversale dans plusieurs interventions du séminaire Arts et géographies (le cafard, la frontière, le pionnier, etc.). Comme je m’intéresse au rapport entre l’écriture et l’imaginaire dans la construction des espaces, je propose ici de m’attarder plus spécifiquement à la métaphore de l’archipel comme figure structurante de la géopoétique et d’analyser l’œuvre Cher Fleuve, du collectif Escargo, qui s’articule précisément autour de cette figure.

Nous partons de la définition de Ricoeur, qui définit la métaphore comme étant une figure, qui consiste dans un déplacement et dans une extension du sens des mots (Ricoeur 1975, 7). Une figure qui repose donc, sur une analogie, une ressemblance, sans être une comparaison. La métaphore est fondée sur un transfert de sens, un écart performatif, d’où sa nature féconde. Elle permet de conceptualiser des notions abstraites, en juxtaposant des éléments qui ne sont pas normalement associés.

L’emploi de la métaphore est une façon courante de modeler notre appréhension d’un phénomène nouveau. […] Pour nous, la métaphore fait plus que décrire la réalité. Parfois elle donne naissance à cette réalité. […] Modèle et métaphore véhiculent, de la même manière, des découvertes exprimées par la ‘redescription’ constante d’une réalité perspectivale. (Kathryn English citée dans Jamet 2006, 41)

Les métaphores sont légion sur Internet et plusieurs sont associées à la navigation et à l’univers maritime. Si l’on en croit Jamet dans La perception d’Internet via ses métaphores, « leur émergence correspond au besoin pressant de nommer des réalités jusqu’alors inconnues » (Jamet 2006, 44). Dans le présent travail, je ferai des allées et venues entre les univers numérique et physique, en établissant d’abord des liens entre écriture et espace. Je m’attarderai ensuite plus spécifiquement à la métaphore et à la manière dont elle peut réconcilier les paradigmes de la représentation et du performatif. Enfin, via la lecture des textes de Rachel Bouvet et de René Dagorn (qui s’appuient sur les travaux des géographes Joël Bonnemaison et Olivier Dollfus), j’essaierai d’illustrer comment l’archipel peut (peut-il?) devenir métaphore du collectif.

Rappelons par ailleurs que Montréal fait partie de l’archipel Hochelaga, composé de plus de 200 îles.

VA-ET-VIENT ENTRE L’HUMAIN ET SON MILIEU

[…] nous transformons notre espace de vie en fonction de nos besoins, de nos attentes, de nos filtres esthétiques et culturels et, en retour, le milieu agit sur nous, ses formes et ses couleurs s’inscrivent en nous, au point où nous avons l’impression de faire partie intégrante de ce milieu. (Bouvet 2015, 60)

Dans l’extrait ci-dessus, Bouvet fait référence à Augustin Berque et à sa réflexion sur la relation écouménale qui engage l’humain à son milieu. Ainsi, selon Berque nous agissons sur l’espace et l’espace agit sur nous, on pourrait le formuler autrement en disant que nous habitons l’espace et qu’il nous habite, et ce sur un mode actif.

Advertisements

5 thoughts on “PLU-6917 Arts et géographies (E-2016)_accueil

  1. Pingback: PLU-6917 Arts et géographies (E-2016)_définitions | COLLISIONS LUMINEUSES

  2. Pingback: PLU-6917 Arts et géographies (E-2016)_métaphore de l’archipel | COLLISIONS LUMINEUSES

  3. Pingback: PLU-6917 Arts et géographies (E-2016)_cher fleuve | COLLISIONS LUMINEUSES

  4. Pingback: PLU-6917 Arts et géographies (E-2016)_bibliographie | COLLISIONS LUMINEUSES

  5. Pingback: PLU-6917 Arts et géographies (E-2016)_écriture(s) et espace(s) | COLLISIONS LUMINEUSES

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s