FRA-3825 Éditorialisation numérique (E-2016)_accueil

code/espace

 

“Or, faisons une expérience mentale (ou réelle): éteignons le GPS lors d’un voyage. Même sans GPS, nous continuons à percevoir l’espace de la même manière. Il y a dix ans, nous aurions prêté une attention différente à la route, car la possibilité de nous égarer était toujours présente, comme une peur, une angoisse. Mais dès qu’il y a un GPS, même s’il est éteint, ce rapport change. L’espace a changé, même quand l’outil n’est plus là. Et nos valeurs ont changé, nos priorités, toutes nos structures mentales. La transformation nous a investis de façon totale.”

(Pratiques de l’édition numérique | sous la direction de Michaël E. Sinatra et Marcello Vitali-Rosati, “Pour une définition du numérique”, p.72)

La dernière fois que je me suis sentie aussi perdue, j’étais en Afrique de l’Ouest. C’était il y a presque 10 ans. J’étais là-bas sans GPS et sans repères, en choc culturel. À ne rien comprendre, rien de rien. Il y a encore quelques espaces dans lesquels se perdre. Bien heureusement, il y a des gens pour nous y accompagner. Les personnes que j’ai rencontrées au Mali ont changé et continuent de changer ma vie et mon regard sur le monde encore maintenant.

Depuis que je me suis inscrite au DESS en arts, création et technologies, j’ai très souvent la même impression; celle d’avancer dans un territoire sur lequel je n’ai aucune prise. Je ne comprends pas l’étendue du continent nommé “numérique”. Je ne comprends pas les codes (et je ne parle seulement de XML ou de HTML). Je ne comprends pas comment les gens arrivent à concilier études-travail-famille. Je ne comprends pas le concept de “réalité augmentée”, parce que j’ai de la difficulté à absorber la réalité toute nue. Ajoute moi z’en pas d’la réalité, comment tu veux qu’j’en prenne plus? C’est déjà plein dans ma tête, y a beaucoup à faire, juste pour spliter le réel de l’imaginaire. Parfois même je suis en colère. Fâchée de voir que je peine à renouer les ficelles de réflexions passées. Je suis pas à jour, je suis décalée. J’ai passé 10 ans à travailler dans des structures communautaires horizontales et à… allaiter. Mais bon, des petites portes s’ouvrent tranquillement sur des architectures d’écritures. C’est bouleversant et poétique. Je comprends rien et je me sens vieille. J’ai l’impression de marcher dans un labyrinthe et je cherche le fil d’Ariane. Naïvement. Toujours naïvement. D’une naïveté revendiquée essoufflée.

Justement, je dois avouer que baignais dans le numérique un peu naïvement, m’amusant avec différentes bébelles techno, avec cette fausse impression que le monde numérique concernait principalement mon portable et son écran. Je me divertis à voir-construire des vases communicants entre l’espace physique et l’espace numérique, mais je n’avais très certainement pas saisi l’ampleur de la révolution qu’opère le numérique sur nos façons de faire, de penser et d’être. Cette prise de conscience est troublante. Ça demande encore une fois un réajustement de lunettes. Au-delà du fait que je continue de me perdre (littéralement) dans l’espace de classes du pavillon Jean-Brillant, les nouvelles balises de sens contribuent à voir les rapports entre espace physique et espace numérique différemment.

“Comme nous venons de le suggérer, il s’agit de trouver une expression capable d’exprimer le fait que le numérique n’est pas un ensemble d’outils: il n’est pas seulement un ensemble de dispositifs techniques qui permettent de mieux faire ce que nous faisions avant. Il ne peut pas être considéré comme une voiture qui nous permet de faire plus rapidement la même route que nous étions habitués à faire à pied. Le numérique modifie nos pratiques et leurs sens.”

(Pratiques de l’édition numérique | sous la direction de Michaël E. Sinatra et Marcello Vitali-Rosati, “Pour une définition du numérique”, p.70)

img_01

LE MAILLAGE DES MONDES

Dans les prochaines pages, quelques réflexions ébouriffées autour de la question du numérique et du rapport entre espace physique et numérique, inspirées de lectures de la revue Sens Public et du livre CODE/SPACE de Rob Kitchin et Martin Dodge (2011).

Sens Public est une plateforme multicéphale, qui regroupe une association, une revue web, une revue papier et un séminaire. La revue web, fondée par Gérard Wormser en 2003, est maintenant dirigée par Marcello Vitali-Rosati à l’Université de Montréal. La revue est un espace transdisciplinaire qui s’intéresse notamment à la culture numérique.

Quant au livre CODE/SPACE, ses auteurs, un géographe et un spécialiste en analyse spatiale, s’intéressent à la visualisation de données, aux cartographies en open source et aux dispositifs de traçabilité. Dans le présent ouvrage, ils abordent plus spécifiquement la question des espaces-code, ces espaces construits par le code, dont la nature est fondamentalement indissociable du numérique. Autrement dit, comment les logiciels participent à la construction de notre quotidien.

  • de l’autre côté du miroir : confondre l’original et la copie
  • assemblage : un monde multicouches
  • prolongement : rapports d’autorité
  • croisement : web sémantique ou des objets

“Une des choses que nos petits-enfants trouveront le plus bizarre à notre sujet, c’est que nous faisons la différence entre le numérique et le réel, entre le virtuel et le réel. À l’avenir, ce sera littéralement impossible. La distinction entre le cyberespace et ce qui n’est pas le cyberespace sera impossible à imaginer”

(Code Source de William Gibson et les imaginations géographiques à l’ère du GPS | Henri Desbois (William Gibson cité, entrevue 2007))

 

 

Advertisements

6 thoughts on “FRA-3825 Éditorialisation numérique (E-2016)_accueil

  1. Pingback: FRA-3825 Éditorialisation numérique (E-2016)_miroir | COLLISIONS LUMINEUSES

  2. Pingback: FRA-3825 Éditorialisation numérique (E-2016)_assemblage | COLLISIONS LUMINEUSES

  3. Pingback: FRA-3825 Éditorialisation numérique (E-2016)_prolongement | COLLISIONS LUMINEUSES

  4. Pingback: FRA-3825 Éditorialisation numérique (E-2016)_croisement | COLLISIONS LUMINEUSES

  5. Pingback: FRA-3825 Éditorialisation numérique (E-2016)_bibliographie | COLLISIONS LUMINEUSES

  6. Pingback: PLU-6917 Arts et géographies (E-2016)_écriture(s) et espace(s) | COLLISIONS LUMINEUSES

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s